Home / Blog / Quel est le salaire d’une prothesiste ongulaire ?

Quel est le salaire d’une prothesiste ongulaire ?

Vous souhaitez devenir prothésiste ongulaire?

Recevez GRATUITEMENT de la documentation sur cette formation

etre dans le moment présent

Un prothésiste ongulaire ou styliste ongulaire est la personne dont la spécialité est de prendre soin de nos ongles.

Que cela soit des mains ou des pieds, avec ce spécialiste, les ongles sont chouchoutés. Outre le fait de constituer un métier, être prothésiste ongulaire relève d’un art à part entière. En effet, il s’agit d’un bel art, car l’objet de ce métier est d’embellir les ongles en en prenant soin, en leur donnant de la forme et en dessinant dessus.

La parfaite maitrise de cette discipline est requise pour être prothésiste ongulaire. Bien que le domaine de la beauté soit en train de se masculiniser, la profession de prothésiste ongulaire reste pour le moment bien féminine. De même, il existe des hommes qui viennent les voir pour se faire embellir les ongles ; malgré cela, les femmes demeurent les plus nombreuses à faire appel à une prothésiste ongulaire.

 

Focus sur les missions d’une prothésiste ongulaire

nettoyer ongles

Comme tout spécialiste de la beauté, la prothésiste ongulaire est chargée de prendre soin de sa zone de travail, à savoir les ongles de la main et ceux du pied. De ce fait, sa mission commence par les soins prodigués afin de rendre les ongles bien durs et en bonne santé. Cela est pour ainsi dire une étape à ne pas outrepasser, car elle peut faciliter l’exécution de son travail principal qui est la pose de prothèses ongulaire. Les prothèses varient selon le désir et le besoin des clients.

D’abord, il y a les faux ongles, souvent ce sont les gens qui ont des ongles rongés, courts, cassés ou ébréchés qui y ont recours. D’habitude, ce procédé fait office de camouflage pour les ongles malades. Ensuite, il existe le procédé de modelage qui consiste à appliquer de la résine ou du gel UV sur les ongles et parfois sur les faux ongles. Souvent, la styliste ongulaire termine son œuvre en ornant les ongles de dessins, de pierres ou de différentes formes en 3D.

De même, après quelques semaines de la pose de prothèses, il est conseillé de faire l’une de ces actions : le remplissage, qui consiste à renflouer l’écart entre les cuticules et les prothèses, après la repousse des ongles ; et la dépose, qui consiste à retirer les prothèses ongulaires. Par ailleurs, une prothésiste ongulaire peut également vernir les ongles à la française, c’est ce qu’on appelle la french manucure.  Bien entendu, ces opérations doivent être accompagnées de soins adéquats pour ne pas endommager l’ongle.

Les règles du métier

Prothésiste ongulaire

Bien qu’un prothésiste ongulaire ne soit pas passé par une formation diplômante via l’État, il est obligé de passer par une formation, quelle qu’elle soit pour pouvoir maîtriser l’art du stylisme ongulaire. En effet, l’État n’a pas encore conçu de formation adéquate pour ce métier. En général, une prothésiste ongulaire possède un Certificat d’Aptitude Professionnelle en esthétique et cosmétique acquis dans un lycée professionnel. Cependant, il existe des instituts prodiguant des formations spécialisées, en ligne ou en salle, pour les futures prothésistes ongulaires.

Par ailleurs, quand un prothésiste ongulaire exerce, il est tenu de rester souriant et accueillant, afin de mettre sa clientèle à l’aise. De même, il doit faire place à son imagination, afin de vraiment laisser son art s’exprimer. Quand il reçoit un client, il doit d’abord procéder à une petite enquête donnant connaissance aux allergies, aux maladies et aux besoins de celui-ci. Tout cela, pour s’assurer que l’on ne se trompe pas dans le choix des soins, des prothèses ou des produits d’ornement à utiliser. Par-dessus toute chose, son hygiène de travail doit être irréprochable.

Cependant, ce spécialiste est tenu de respecter scrupuleusement certaines interdictions, desquelles la transgression est passible de poursuite judiciaire. D’abord, il doit refuser une cliente de moins de seize ans, car ses ongles encore en maturation pourraient être endommagés. De même, il ne doit pas recevoir les femmes enceintes de plus de sept mois. Il en est ainsi pour les personnes souffrant de mycoses ongulaires, qui contamineraient les autres ; ou encore pour les personnes sous traitement médicamenteux intense et pour les personnes allergiques aux produits utilisés.

Le salaire d’une prothésiste ongulaire

obligation comptable

Si un prothésiste ongulaire travaille dans un institut pour le compte d’une tierce personne, il est clair qu’il touche le salaire moyen des esthéticiennes. Bien que ce métier soit assez prestigieux, un prothésiste ongulaire touche tout juste un peu plus que le SMIC qui est de près de 1470 euros. Il perçoit généralement une mensualité de 1500 euros. Pourtant, s’il travaille bien, il peut faire gagner près du double à son employeur.

En examinant les dépenses et les gains d’un prothésiste ongulaire indépendant, l’on peut tout de même constater que compte tenu de son investissement s’élevant aux environs de 1000 euros, pour les produits, elle peut gagner nettement plus que si elle était salariée. Bien entendu, en tant qu’autoentrepreneur, le styliste ongulaire est exposé aux aléas du business. De ce fait, quelques fois, il peut rencontrer des périodes maigres où les gains sont inférieurs aux dépenses.

Étant donné qu’en général, une pose coûte environ 40 euros, s’il reçoit cinq personnes par jour, son revenu brut atteindrait 4000 euros. Si à cela, il déduit le coût des produits utilisés environnant 8 euros par pose et ses charges fixes versées à l’État en tant qu’autoentrepreneur équivalant à 9 euros pour 40 euros, il lui restera à la fin du mois 2300 euros ; ce qui est déjà mieux que 1500 euros. Encore faut-il assurer les cinq poses par jour dans tous les cas, vous devez y penser sérieusement si vous débutez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *